La VMC est obligatoire dans les pièces humides

La loi stipule l’obligation d’installer une VMC dans tout logement construit à partir de 1982. Il est également possible et recommandé de faire installer une VMC dans une habitation en rénovation. À vrai dire, cet équipement est nécessaire pour l’amélioration de la condition de vie des occupants d’une maison donnée. Aussi, il contribue au système de climatisation d’une habitation.

Si l’installation de la VMC dans les pièces humides est obligatoire, que devons-nous savoir sur cet équipement ? Quels sont les différents types de VMC et comment choisir celle qui correspondra le plus à nos besoins ?

Qu’est-ce qu’une VMC ?

VMC est l’acronyme pour Ventilation Mécaniquement Contrôlée. Il s’agit donc d’un système qui régule la ventilation d’une maison de manière mécanique. Le système se concrétise en un dispositif composé de gaines d’extraction d’air vicié et de bouches d’ouverture pour air sain. Le but de cet appareillage est d’extraire l’air humide et pollué des pièces de service en dehors de la maison pour favoriser une ventilation saine.

Pour ceux qui sont en quête d’un bon système de ventilation, voici un guide pour choisir la VMC de sa salle d’eau. Ce guide est proposé par la société BET AEF de Montpellier qui est un géant du bâtiment fort d’une vingtaine d’années d’expérience.

Pourquoi installer une VMC dans les pièces humides ?

Comme dit précédemment, l’intérêt de mettre une VMC dans la salle de bain et dans les autres pièces à fort taux d’humidité réside dans le fait d’améliorer l’air ambiant du logement. Si l’air humide qui emplit la salle de bain, la buanderie, ou la cuisine n’est pas évacué et renouvelé proprement, les moisissures et les champignons se développeront plus facilement dans les différentes pièces de la maison. En effet, l’amélioration de la qualité d’air qui circule dans votre habitation influencera grandement votre état de santé. Votre maison a donc besoin d’une VMC qu’elle soit déjà bien ventilée ou non.

Il faut aussi rappeler qu’une VMC peut influencer d’une manière positive le système de climatisation de votre maison. N’hésitez donc plus à faire installer une VMC dans les pièces humides de votre habitation. Avant de vous lancer dans l’achat d’une VMC toutefois, vous devez connaitre les différentes offres du marché.

Les différentes sortes de VMC

On retrouve deux sortes de VMC sur le marché : la VMC simple flux et la VMC double flux. Ces deux types de VMC sont différenciés par leur constitution. Celle qui est dite à simple flux est constituée d’une seule gaine de flux d’air et celle à double flux comprend deux gaines de flux d’air.

La VMC simple flux

Une VMC simple flux prodigue un système d’extraction d’air très simple. Son rôle principal est d’aspirer et de faire sortir l’air pollué d’une pièce donnée. Ici, le renouvellement de l’air se fait via des ouvertures placées à proximité des fenêtres des salles les plus proches de la pièce. Ce type de VMC peut être proposé dans une configuration auto réglable ou hygroréglable. On distingue deux sortes de VMC simple flux : l’autoréglable et l’hygroréglable.

L’auto réglable

Une VMC auto réglable se caractérise par un appareillage simple. Sa bouche d’extraction d’air ainsi que ses bouches de renouvellement d’air font circuler l’air suivant un débit constant. Quelles que soient les conditions atmosphériques, elle restera constante. Ce type de VMC est très économique à l’achat, mais provoque des courants d’air dans la maison. Aussi, elle est très simple à installer, mais ne tient pas en compte les pollutions acoustiques et aériennes.

L’hygroréglable

La VMC hygroréglable quant à elle fait circuler l’air dans la maison suivant le taux d’humidité déjà présent. Elle coûte plus cher que la VMC autoréglable, mais a l’avantage d’être plus économique sur le long terme. Outre, son utilisation permet aux occupants d’une maison d’ouvrir les fenêtres du bâtiment sans contrainte. Cependant, elle peut provoquer un sur chauffage en été et un gaspillage de chauffage en hiver. Quoi qu’il en soit, elle consomme moins d’énergie électrique par rapport à son homologue auto réglable.

La VMC double flux

Une VMC double flux est constituée de deux gaines de flux d’air comme nous l’avons déjà mentionné ci-haut. La première gaine sert à extraire l’air vicié et la deuxième se termine sur des bouches de soufflage qui restituent de l’air chaud dans les pièces à vivre. Le VMC double flux est doté d’une chambre d’échange thermique. Il s’agit d’un caisson qui récupère les calories retrouvées dans l’air vicié pour réchauffer l’air qui va être redistribué par la gaine de soufflage. Ce caisson doit être relié au système d’évacuation des eaux usées de la maison. En effet, les échanges thermiques provoquent toujours une condensation et il est nécessaire de faire évacuer l’eau.

Une VMC double flux coûte bien évidemment plus cher qu’un modèle à simple flux. Aussi, elle peut être assez encombrante et a besoin d’être régulièrement entretenue. Cependant, comme elle ne nécessite pas de bouches d’aération directement ouvertes sur l’extérieur pour fonctionner, elle n’affecte aucunement l’isolation acoustique de l’habitation. Mais encore, elle contribue à l’économie du système de climatisation de la maison. En effet, en hiver, elle réchauffe l’air à insuffler dans la maison et optimise ainsi les possibilités de faire des économies sur le système de chauffage. En été, elle refroidit l’air ce qui réduira les fonctionnements du climatiseur électrique.

En bref, c’est le type de VMC le plus performant du marché.

Comment faire le bon choix ?

Si vous ne savez quel type de VMC vous devez réellement choisir pour les pièces humides de votre maison, vous pouvez toujours vous renseigner sur cette page. Cependant, voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles :

  • Si vous logez dans une habitation assez menue qui dispose de bonnes isolations sonores et thermiques, un VMC simple flux vous conviendra bien ;
  • Si vous habitez dans une région qui profite d’une température générale assez chaude tout au long de l’année, vous pouvez investir dans une VMC simple flux hygroréglable ;
  • Les propriétaires qui pensent rénover une habitation assez petite devraient investir dans le simple flux en améliorant par la même occasion les isolations sonores et thermiques de leur bâtiment ;

Si vous habitez dans une zone géographique qui connait une grande variation de température tout au long de l’année, optez pour le double flux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *